François Dosso

Retour d’expérience sur une mobilisation syndicale en santé au travail

François Dosso est un ancien mineur CFDT des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) engagé pour la reconnaissance des maladies professionnelles des salariés.

En complément de l’intervention précédente, François Dosso, ancien mineurs des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) engagé de la CFDT se mobilisent pour la reconnaissance des maladies professionnelles des salariés témoigne des multiples positions prises par les médecins du travail tant au sein de l’entreprise que face à la réglementation. Il rappelle que comme le médecin du travail, le syndicaliste est payé par le patronat. Ainsi, ne pas porter un regard réducteur sur les différents acteurs et leurs (en)jeux est essentiel.

Le témoignage de François Dosso permet d’aborder le rôle du syndicat dans la construction de l’expertise et la position du travailleur face aux maladies professionnelles.

Après la fermeture de l’exploitation minière des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL) en 2004 l’action syndicale (CFDT mineurs lorrains) s’est centrée sur la réparation des accidents du travail et maladies professionnelles (AT-MP) en tentant d’ouvrir aux autres secteurs professionnels. L’action de réparation aide les victimes et leurs familles dans leurs démarches de réparation, elle est menée par une équipe d’une quinzaine de retraités de la permanence de Merlebach. Ils les reçoivent et les conseillent, constituent les dossiers de défense, écrivent des courriers aux caisses d’assurance maladie, vont de tribunal en tribunal plaider en faveur des victimes. L’action est menée autour de trois axes :

– les maladies de l’amiante (plus de 1 100 dossiers ouverts concernant environ 750 personnes),

– les autres maladies professionnelles (MP), les maladies respiratoires – troubles musculo-squelettiques (TMS), lombalgies (environ 750 personnes),

– les maladies hors tableaux de maladie professionnelle: les cancers de la vessie, du rein, de la peau, du larynx et des poumons, les leucémies, les bronchopneumopathies chroniques obstructives (BPCO).

Les mineurs CFDT ont été accompagné par des « intellectuels militants » dont les connaissances ont été déterminantes sur le terrain :

– sur le plan de l’organisation et de la réflexion autour des conditions de travail ;

– sur le plan de la connaissance des risques (avant 1976-78, les syndicats ne savaient par exemple pas combien il y avait de silicosés dans les différents bassins) ; des moyens de mesure des substances, de la bibliographies existantes sur les expositions ;

– sur les éléments nécessaires à la discussion les ingénieurs et les médecins pour dépasser la situation vécue et l’améliorer ;

– sur le plan juridique, par exemple la notion de présomption d’origine qui fonde le système des tableaux de maladies professionnelles ;

– sur l’importance de la rigueur jusque dans l’expression et le rendu des résultats.

Les « sachants » interviennent également sur d’autres plans, plus connus, et voire plus importants : dans le débat public ou à la commission de maladies professionnelles. Les « sachants » intervenants à la commission des maladies professionnelles du Conseil d’orientation sur les conditions de travail (Coct) ont un poids considérable, en tant que rapporteurs d’un tableau ils peuvent faire la différence. Même si aujourd’hui, notamment compte tenu des tensions entre les acteurs, il est difficile de recruter des experts au sein des commissions.

Dans la pratique, il n’y a pas de clivage entre « sachant » et « non-sachant ». La production de connaissance s’alimente des expériences des travailleurs (et de leurs délégués) et la production de connaissance scientifique (scientifique et médecin) est issue de ce dialogue avec l’expérience ouvrière, comme en témoigne le travail de collecte de données effectué par les syndicats sur les situations cancérigènes.

La question du lobbying du patronat porte également sur la « diffusion du doute » qui intervient dans les méta-analyses où les résultats sont faussés par l’introduction d’études qui ne sont pas fiables et qui biaisent les résultats globaux. Une autre méthode consiste à diluer les travailleurs fortement exposés dans une population de salariés qui l’est moins. C’est ce qui a été fait par la médecine du travail de la sidérurgie concernant les effets de l’acier inoxydable au début des années 2000.

L’action menée depuis près de trente ans dans le bassin houiller lorrain démontre si cela était encore nécessaire d’une part l’importance d’une action conjointe entre les acteurs de terrain et les « sachants » et d’autre part l’importance d’une action sur tous les plans de la santé au travail : la prévention, la réparation, l’action de vulgarisation des connaissances et si besoin est l’action judiciaire.