Séance 4 du 10 octobre 2014

Du signalement de pathologies en entreprise à leur prévention. Quelles données pour quelle action ?

Télécharger le programme de la 4e séance séminaire expertise santé travail

Peu nombreuses sont les investigations d’ « agrégats spatio-temporels de cas » qui ont permis d’aboutir à la confirmation d’un « excès de cas » de pathologies en entreprise, et à la mise en place d’actions de prévention. Les difficultés méthodologiques liées à ce type d’investigation épidémiologique sont bien connues : ambigüités de la définition de cas – période et espace pris en compte, temps de latence -, non exhaustivité des listes de salariés, absence de registre des cas incidents, manque de puissance statistique liée aux faibles effectifs… Or cette validation statistique de l’excès signalé est une étape centrale des approches mises en œuvre par les agences de santé publique telles que l’Institut de Veille Sanitaire en France ou les Centers for Disease Control aux États-Unis. Et c’est de cette validation statistique que dépend, le plus souvent, la mise en place d’interventions visant à réduire ou supprimer la ou les nuisances suspectées d’être à l’origine de l’excès observé.

Les difficultés à passer d’une alerte à des données permettant une intervention sont soulignées à la fois par les acteurs de terrain et les scientifiques. De leur côté, les sciences sociales ont développé de nombreux travaux sur les mobilisations autour de risques sanitaires et sur ce qui est désigné par l’ « épidémiologie populaire », même si ces travaux se sont surtout développés à partir de risques environnementaux et non professionnels.

Qui signale ? Qui valide ? À partir de quelles données ? Selon quelles temporalités ? Et pour quel résultat de santé publique ? L’objectif de cette séance est de revenir sur ces questions à partir d’une situation qui a été l’objet de mobilisations importantes, à la fois sur le terrain de l’entreprise concernée et au sein des agences sanitaires d’expertise. Nous essaierons de mettre en évidence les difficultés rencontrées par les différents acteurs et les conflits de logiques qui ont pu exister entre eux. Au-delà de ce seul exemple, l’objectif sera aussi d’élargir la réflexion et de voir dans quelle mesure il est possible de mieux comprendre ces conflits et, pourquoi pas, de réfléchir à des moyens de les prévenir.

Cette quatrième séance du séminaire interroge le passage d’un signalement d’une pathologie à la mise en place de mesures de prévention. Il s’agit d’explorer la construction de l’alerte par les acteurs de terrain (salariés, syndicats, médecins du travail) puis les rôles respectifs des différents acteurs tant de terrain qu’externes (institutionnels, épidémiologistes et chercheurs en sciences sociales) dans la prise en compte des pathologies et leur prévention. La quatrième séance du séminaire s’appuie sur le cas du cluster de cancers du rein de l’usine Adisseo de Commentry.

Programme de la 4e séance


Cancers du rein chez les travailleurs de l’usine chimique ADISSEO:
alliances et mobilisations

Christian Micaud, retraité d’ADISSEO, Président de l’Association des Malades de la Chimie (AMC) ; Gérard Barrat, ancien médecin du travail d’ADISSEO ; Jean-Luc Cagnot, secrétaire CHSCT ADISSEO ; Jérôme Cornet, délégué CHSCT ADISSEO

Investigation d’un agrégat de cancer du rein dans une usine du secteur de la chimie
Ellen Imbernon, ancienne responsable du Département santé travail de l’InVS et Yuriko Iwatsubo, épidémiologiste au Département santé travail de l’InVS

Le cas ADISSEO. Cancers professionnels et expertise :
quels enjeux? quels outils? pour quels résultats?

Annie Thébaud-Mony, directeur de recherche honoraire à l’Inserm

La difficile validation des clusters profanes en santé environnementale.
Un conflit de perspective entre l’expertise et l’expérience

Marcel Calvez, professeur de sociologie, Université Rennes II