Séance 5 du 12 décembre 2014

Des formes concurrentes ou complémentaires de l’expertise ? Mobilisations et production de connaissances pour l’intervention

Télécharger le programme de la 5e séance séminaire expertise santé travail

Lorsqu’on évoque l’expertise scientifique, on tend souvent à la confondre avec l’expertise produite par les institutions officielles en charge de cette activité. En France, évoquer l’expertise scientifique dans le domaine de la santé au travail conduit à se pencher principalement sur les agences sanitaires comme l’InVS ou l’ANSES ou à penser aux données produites par les institutions de recherche telles que l’Inserm ou l’INRS. L’objectif de cette séance est de remettre en cause ce tropisme et de mettre en question le caractère « allant de soi » de l’expertise institutionnelle. Suite à la dernière séance qui interrogeait les contraintes et les effets des expertises scientifiques institutionnelles, cette séance revient sur la question des formes alternatives d’expertise dans le champ de la santé au travail en insistant cette fois sur la spécificité des connaissances produites en lien avec des mobilisations ou toute forme d’action collective.

La première partie de la journée interroge cette pluralité des savoirs en comparant différentes mobilisations à la frontière entre santé au travail et santé environnementale en Louisiane (Etats-Unis) et en Italie. Barbara Allen, chercheuse en sociologie des sciences à Virginia Tech, présente ses travaux sur les conflits entre différents modes de production de connaissances et d’expertises dans différents contextes de mobilisations contre des pollutions industrielles. L’après-midi est consacrée, d’une part à une initiative de recherche qui occupe une place spécifique dans le paysage de la production de connaissances et d’expertise dans le champ de la santé au travail en France : le Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle en Seine-Saint-Denis (GISCOP93), et d’autre part, à une initiative syndicale pour la réparation des maladies professionnelles fondée sur la mobilisation de la mémoire ouvrière.

Cette journée est ainsi l’occasion d’interroger les liens de coopération que peuvent tisser chercheurs et acteurs de terrain dans la production de connaissances pour l’intervention, à l’intérieur ou plus souvent en dehors des cadres institutionnels de l’expertise scientifique.

Programme de la journée

Citoyens, experts et connaissances scientifiques en santé environnementale :
comparaison de deux cas aux Etats-Unis et en Italie (Citizens, Experts, and Environmental Health Science: Case Studies from the U.S. and Italy)

Barbara Allen, professeure à Virginia Tech, professeure invitée à l’Université Paris-Dauphine

Consulter la présentation

Construire la visibilité des cancers d’origine professionnelle par la recherche :
acteurs, outils et méthodes mobilisés dans le cadre du Giscop93

Emilie Counil, enseignante-chercheure à l’EHESP, chercheure à l’IRIS, directrice du Giscop93 (Université Paris 13) ; Anne Marchand, chargée d’étude au Giscop93, doctorante en histoire et sociologie à l’Université d’Evry

Télécharger la présentation d’Emilie Counil

Télécharger la présentation d’Anne Marchand

La réparation en maladie professionnelle: construire une mémoire ouvrière des expositions et l’entretenir
Bernard Massera, ancien militant syndical CFDT et secrétaire du Comité central d’entreprise de l’usine Chausson, Président de l’association des anciens « Chausson et dignité ouvrière »

Consulter le support de présentation