Nathalie Jas

La segmentation des problèmes comme processus d’invisibilisation de la santé au travail : le cas des pesticides

Nathalie Jas, Inra

Télécharger la présentation

Nathalie Jas est historienne et sociologue. Elle présente lors de cette séance un travail en cours sur la perte de visibilité des problématiques de santé travail lorsque se développent des problématiques de santé environnementale. Ces éléments de réflexion s’intègrent dans le cadre du projet de recherche SocioAgriPest « Pesticides et santé des travailleurs agricoles : entre mise en visibilité et invisibilisation ». Ce processus s’observe dans différentes sphères : académiques, citoyennes ou réglementataires. Or les enjeux environnementaux peuvent être révélateurs de problèmes en santé au travail. Cette déconnexion n’a pas toujours existé : dans les années 50 paraissait le « Environmental Health Journal » où articles, débats et questions se répondaient.

Les pesticides englobent une catégorie générique de dizaines de milliers de produits développés depuis la fin du 19e siècle, avec des propriétés physico-chimiques, biologiques et toxiques extrêmement variées. Ils sont utilisés en grandes quantités dans différents secteurs et engendrent une multitude de problèmes tant en santé au travail, en santé environnementale que pour l’environnement.

S’appuyant sur l’exemple des pesticides, l’objectif est d’explorer quelques configurations de jeux de mises en visibilité et de mises en invisibilité de la santé au travail en agriculture, au prisme de la multiplicité des problèmes, et les segmentations qui en découlent au moyen de trois exemples pris en France.

Les controverses du début du 20e siècle sur les arsenicaux ont traité exhaustivement de l’ensemble des problèmes : utilité des arsenicaux en agriculture, toxicité relative des différents types d’arsenicaux, objectivation des expositions et des effets de santé, résidus sur les productions agricoles, pollution de l’environnement, effet sur la santé des travailleurs. Mais la grande préoccupation des autorités et des agriculteurs et d’une partie des hygiénistes était l’accident, la contamination collective visible. Les hygiénistes soulignent les immenses difficultés à rendre visibles les intoxications, ils ne sont pas entendus. La réglementation produite en 1916 redéfinit les problèmes et les enjeux en les appauvrissant : elle place le consommateur au centre. Sur la santé des travailleurs agricoles, la régulation spécifie et définit de manière étroite des effets des arsenicaux : prévention et d’hygiène pour les ouvriers pour les cultures. La réglementation initie une dynamique de long terme de confinement des effets des pesticides sur la santé des travailleurs agricoles : Quid de l’utilisation des arsenicaux en élevage ? Quid de tous ceux qui ne sont pas salariés ?. Ce confinement est aussi le résultat d’autres phénomènes : l’absence de mobilisation due à la structure du monde agricole français, le système de santé publique français…

L’introduction de nouveaux pesticides après guerre suscite des inquiétudes. Les écologues dans un premier temps, dès le début des années 1950, sont actifs et visibles, mais aussi de manière plus ou moins visible des médecins toxicologues, des pharmaciens toxicologues, des entomologistes agricoles ou des agronomes. Il s’agit de la mise en place d’un activisme non spécifique ne se focalisant pas sur les pesticides. La segmentation entre problèmes est clairement à l’œuvre : résidus, abeilles, insectes, gibiers, eaux… et  agriculteurs, ouvriers agricoles. La mise en visibilité se porte sur la question des résidus : les enjeux économiques sont extrêmement importants. La réforme du système de l’homologation de 1972 est avant tout une réponse à ces questions économiques – présentées comme une prise en compte de la santé publique et de l’environnement.

Les inquiétudes individuelles dans les milieux agricoles ne se transforment pas en mobilisation. La mise en place d’un système de médecine professionnelle agricole et d’un système de prévention et de réparation contribue à la remise en invisibilité sociale de la question des pesticides et de leurs effets sanitaires en milieu professionnel agricole. L’absence de preuve des effets sur la santé des agriculteurs et l’efficacité du système de l’homologation sont mobilisées par ceux qui défendent les pesticides (argument qui dure jusqu’en 2006-2007 en France).

La mise en visibilité actuelle des effets des pesticides agricoles est réelle, mais fragile et partielle. L’essentiel du monde agricole ne se mobilise pas. Le « multi-couche » réglementaire appliqué à l’agriculture a des impacts négatifs notamment en santé au travail. Cette complexité réglementaire est issue de la segmentation des problèmes et des questions, elle contribue à mettre en invisibilité la problématique des effets des pesticides en milieu professionnel agricole et les possibilités de prise en charge. Si aujourd’hui, la question des pesticides en santé au travail émerge, cela est dû notamment à la montée de la question des pesticides en général et au travail de l’association Générations Futures (http://www.generations-futures.fr/) qui a soutenu les premiers travailleurs à porter plainte.

Dans la construction de ces configurations, un ensemble de rapports de force sont à l’œuvre – avec notamment de nombreux enjeux économiques, mais aussi des choix politiques, des positionnements des administrations en charge des « risques », des dynamiques et des concurrences scientifiques, d’expertises, de formes d’organisations du secteur agricole, de mouvements militants, etc.

La segmentation et les hiérarchisations et mises en visibilité/invisibilité qui en découlent sont à la fois le résultat et le reflet de multiples rapports de force et de jeux d’intérêts. Elles sont révélatrices d’enjeux économiques, de rapports de pouvoir et de force, de formes d’organisation, d’expertises à la fois :

  • entre « causes » (concurrence de causes) ;
  • à l’intérieur même d’une cause (eg. pesticides et santé au travail en agriculture) ;
  • avec des visibilités différenciées pour une même « cause » dans différents espaces.

La catégorisation santé environnementale et santé au travail peut être opérante dans certains domaines, mais pas tous. Il est important de souligner que les conséquences inhérentes à la catégorisation sont importantes, notamment d’un point de vue réglementaire, mais aussi politique.