Pascal Marichalar

Portraits croisés d’« experts » médecins du travail

Pascal Marichalar (CNRS-IRIS)

« Les services de santé au travail sont assurés par un ou plusieurs médecins qui prennent le nom de médecins du travail » (Article L 4622-2 du Code du Travail).

« Le rôle du médecin du travail est exclusivement préventif. Il consiste à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail, notamment en surveillant leurs conditions d’hygiène au travail, les risques de contagion et leur état de santé » (Article L 4622-3 du Code du Travail).

Pascal Marichalar, chercheur au CNRS (IRIS) ayant fait sa thèse de doctorat sur la médecine du travail, intervient sur les différentes formes d’expertise et d’engagement scientifiques rencontrées parmi les médecins du travail. Le médecin du travail et son activité peuvent être examinés sous plusieurs angles.

Les rapports qu’entretiennent les médecins du travail aux parties prenantes (le patronat et le salarié) sont hétérogènes. Certains médecins prennent une position distanciée par rapport aux salariés, d’autres, plus stratèges, créent des alliances avec les partenaires sociaux afin de préparer les négociations. Dans le contexte de la médecine du travail, est-ce que l’indépendance est une non-dépendance ?

Le cas de l’amiante a scindé la communauté des médecins, avec pour certains la nécessité de dépasser la réglementation alors que pour d’autres il n’y avait pas à l’outrepasser (voir dans certains cas de non déclaration de maladies professionnelles, à se situer en deçà). Cette scission révèle des différences profondes d’appréhension du risque dans le monde professionnel, faut-il chercher à l’identifier, à l’isoler, à l’analyser (approche du type ingénieur) ? Ou bien considère-t-on l’ensemble, et dans ce cas l’objectif devient la réorganisation du fonctionnement du travail (approche du type intégrée) ?

La production scientifique médicale est foisonnante, certains médecins la mobilisent, d’autres sont plus distanciés. Il est à noter que peu de publications portent sur l’application des connaissances dans le monde professionnel et la place du médecin du travail dans son environnement.

Savoir si les médecins du travail sont des experts n’implique pas une réponse simple. Aujourd’hui, le médecin du travail est de moins en moins un expert (s’il ne l’a jamais été) mais plus un conseiller de l’entreprise sans savoir pour autant si ses conseils seront mis en œuvre par la suite.

En conclusion, Pascal Marichalar souhaite attirer l’attention sur l’exposition avérée à des dangers connus. L’arrêt de la Cour de cassation du 10 décembre 2013 qui invalide l’annulation de la mise en examen de Martine Aubry et de huit autres personnes dans le dossier du scandale de l’amiante, reprend les termes « l’usage contrôlé d’un produit dangereux est une constante notamment dans l’industrie » que signifie cette phrase que l’on retrouve dans d’autres textes : si l’usage est contrôlé, il ne s’agit plus d’un produit dangereux, ou y a-t-il un niveau de risque admis ?

Publications de Pascal Marichalar en archives ouvertes