Annie Thébaud-Mony

Le cas ADISSEO. Cancers professionnels et expertise : quels enjeux ? quels outils ? pour quels résultats ?

Annie Thébaud-Mony, directeur de recherche honoraire à l’Inserm

www.univ-paris13.fr/giscop/index.php

Annie Thébaud-Mony, sociologue, a repris le cas Adisseo en tant que chercheur embarqué à la suite d’Henri Pezerat. Partant du cas d’Adisseo, qu’elle désigne comme une expérimentation humaine et de sa propre expérience, elle effectue une montée en généralité sociologique vers le développement du paradigme du doute.

Henri Pezerat intervient pour la première fois au CHCT en 2002. Suite à cette première participation, il adresse aux ministres du Travail et de la Santé une lettre pour les sensibiliser aux cas de cancers du rein. Cette lettre débouchera sur la saisine de l’InVS par la DGS et la DGT. En parallèle, il propose un programme de suivi des salariés et des sous-traitants et demande des études de toxicologie du produit. Il accompagne la création de l’AMC et les salariés lors de la conférence de presse qui s’ensuit. Sa participation se poursuit au cours des années avec l’accompagnement des travailleurs, la demande d’études complémentaires ainsi que la substitution du C5. Les éléments concernant le cas Adisseo sont détaillés dans l’ouvrage co-écrit par Annie Thébaud-Mony Santé au travail : approches critiques (2012).

L’entreprise a mobilisé le doute scientifique pour ne pas faire cas des cancers ni agir en conséquence.De la part des pouvoirs publics, le choix de réaliser une étude épidémiologique a conforté ce doute, l’épidémiologie ne pouvant répondre, de par ses fondements, aux interrogations posées. De plus, l’étude a permis de discréditer les autres sources de connaissances acquises, notamment par les médecins du travail, ce qui n’est pas une stratégie unique.

Dès le début du 18e siècle, le médecin italien Bernardino Ramazzini publie sur les questions d’hygiène professionnelle et les pathologies liées au travail (*). En 1889, la loi sur les accidents du travail est votée, celle sur les maladies professionnelles le sera en 1919. Ces lois ont permis de les extraire du Code civil pour les intégrer dans le Code de la sécurité sociale. Pour les entreprises, cela veut dire qu’elles sont rentrées dans un système assurantiel. L’entreprise développe des stratégies pour éliminer ou retarder l’association de responsabilité. Il s’agit de contester continuellement les résultats qui devraient alerter pouvoir public et société civile. Le doute scientifique est alors mobilisé pour repousser le plus longtemps possible le risque avéré, comme le présente Michaels David (2008). L’épidémiologie est mobilisée, car se situant en amont de la pyramide des preuves, tout en offrant une réponse probabiliste qui ne permet que rarement de trancher.

Si Annie Thébaud-Mony parle de nouveau paradigme, c’est que cette stratégie se retrouve dans de nombreux cas et d’autant plus dans les cas de cancer qui se développent sur le long terme.

Références bibliographiques

DAUBAS-LETOURNEUX Véronique, FRIGUL Nathalie, JOBIN Paul et THÉBAUD-MONY Annie, Santé au travail : approches critiques, Éditions La Découverte – Collection Recherches, janvier 2012

MICHAELS, David, Doubt Is Their Product: How Industry’s Assault on Science Threatens Your Health. Oxford University Press, 2008

THÉBAUD-MONY Annie, La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs, Éditions La Découverte 2014