Barbara Allen

Citoyens, experts et connaissances scientifiques en santé environnementale : comparaison de deux cas aux Etats-Unis et en Italie (Citizens, Experts, and Environmental Health Science: Case Studies from the U.S. and Italy)

Barbara Allen, professeure à Virginia Tech, professeure invitée à l’Université Paris-Dauphine

Barbara Allen est chercheuse en sociologie des sciences à Virginia Tech (États-Unis), elle est professeure invitée l’Université Paris-Dauphine.

Consulter la présentation en ligne

Référence :

From Suspicious Illness to Policy Change in Petrochemical Regions:Popular Epidemiology, Science, and the Law in the U.S. and Italy,” inPowerless Science? Science and Politics in a Toxic World (2014), eds. Soraya Boudia and Nathalie Jas (Oxford, UK:Berghahn Books) 

Liévanos, Raoul S., Jonathan K. London, and Julie Sze. 2011. “Uneven Transformations and Environmental Justice: Regulatory Science, Street Science, and Pesticide Regulation in California.” Pp. 201-228 in Technoscience and Environmental Justice: Expert Cultures in a Grassroots Movement, edited by G. Ottinger and B. R. Cohen. Cambridge, MA: Massachusetts Institute of Technology Press.

S’appuyant sur trois cas de pollutions environnementales entraînant des problèmes de santé, Barbara Allen pose une question transversale pour éclairer le débat : quelle est la meilleure science dans ce type de cas ? Il s’agit de s’interroger sur la science qui convient le mieux dans telle lutte contre les dégradations environnementales ou en matière de santé-environnement.

Qui initie l’expertise scientifique ? De qui émanent les questions ? Quelles méthodes sont mobilisées ? Sont-elles ouvertes et participatives ? A qui appartiennent les données et résultats des études scientifiques ? Quelles diffusions et communications sont faites autour des résultats ?

Le premier cas est celui de la ville de Grand Bois en Louisiane où des déchets toxiques sont mis en décharge notamment par la société Exxon, entraînant des troubles de santé chez les habitants. Suite à ces événements, les autorités sont saisies et décident de faire conduire une étude épidémiologique. Dans le même temps, les habitants missionnent une chercheuse spécialisée en épidémiologie populaire dont la méthodologie s’appuie notamment sur des entretiens.

Si ces deux études sont menées en parallèle, les méthodes et les objectifs diffèrent. La première cherche à mettre en évidence une causalité entre les produits déversés et les maladies observées. La seconde a comme objectif scientifique de montrer une corrélation entre les faits ; un deuxième objectif, non scientifique, est de renforcer la mobilisation de la société civile afin de faire pression sur les industriels.

Les habitants ayant porté plainte, l’instruction a mobilisé les recherches en cours. La société Exxon et l’exploitant de la déchetterie ont gagné le procès, arguant du fait que l’étude institutionnelle n’étant pas achevée, le doute persistait. Le cas montre que les logiques de la justice et celles des sciences ne fonctionnent pas en symbiose : l’aspect binaire du droit ne trouve par réponse dans l’incertitude scientifique ; le coût des études épidémiologiques est trop élevé pour être porté par les citoyens ; enfin les pas de temps entre la justice (notamment aux États-Unis) et la science diffère.

Le second cas est celui de la vallée de San Joaquin en Californie où des épandages de pesticides étaient susceptibles d’impacter les populations. Un premier groupe d’habitants a contacté l’Environmental Protection Agency (EPA), l’agence américaine de protection de l’environnement. Une étude préliminaire a conclu à une incertitude concernant la causalité entre les pesticides et les troubles de la santé observés, et à la nécessité de demander des études complémentaires. Un second groupe d’habitants s’est adressé directement à la population. Via une association, des kits pour tester la présence de pesticides dans le sang d’une partie des résidents (10 à 15 personnes) ont été distribués. Les résultats positifs ont été rendus publics et relayés par les médias. Le lobbying exercé sur les élus et les associatifs a permis de créer une zone de non-épandage et cela sans recours à la justice.

Le troisième cas est celui de Porto Marghera, petite ville à proximité de Venise marquée par une forte présence de l’industrie chimique. Dès les années 70, des cas de cancer sont signalés par les travailleurs. Gabrielle Bortolozzo, travailleur dans le PVC, recueille des données auprès de ses collègues sur différents types de cancers particuliers développés par les travailleurs (il s’agit là d’épidémiologie populaire), effectue un travail bibliographique et publie dans Medicina Democratica, revue italienne de médecine ayant pour objet d’élaborer une pluralité de connaissances scientifiques. Un procureur informé décide de traduire en justice les industriels. Il est à noter que Gabrielle Bortolozzo a été entendu en tant qu’expert au cours du procès.

Le procès s’est achevé en 2004 déclarant quatre dirigeants de l’industrie responsables de 167 cas d’homicides involontaires suite à des pollutions illégales. Des actions ont été prises : réparation et compensation pour les familles des salariés, nettoyage de la lagune, développement d’une chimie verte, financement d’une fondation pour la santé des travailleurs. Dans ce troisième cas, les deux types de sciences, traditionnelle et « populaire », ont été mobilisés, et ce, de manière efficace.

Aujourd’hui, les parcours sont complexes, les individus peuvent être multi-exposés à des substances dangereuses et les effets combinés restent pour la plupart inconnus. Pour Barbara Allen, il est impossible de déterminer les causalités, via le « laboratoire », les interactions étant trop complexes. Il lui semble plus important de partir des individus, des médecins …