Bernard Massera

La réparation en maladie professionnelle: construire une mémoire ouvrière des expositions et l’entretenir

Bernard Massera, ancien militant syndical CFDT et secrétaire du Comité central d’entreprise de l’usine Chausson, Président de l’association des anciens « Chausson et dignité ouvrière »

Référence
Daniel Grason et Bernard Massèra Chausson : une dignité ouvrière de, édition Syllepse Collection Le Présent Avenir, 2004

Bernard Massera témoigne en tant qu’ancien militant syndical CFDT, secrétaire du Comité central d’entreprise de l’usine Chausson et président de l’association des anciens « Chausson et dignité ouvrière » de son action auprès du Giscop 93 pour d’anciens salariés.

Chausson était une entreprise sous-traitante de l’automobile. Sur le site de Gennevilliers, 4500 salariés dont 90% sur chaînes, ouvriers spécialisés essentiellement immigrés travaillaient dans de mauvaises conditions de travail (spécialement à l’emboutissage avec quelques 900 ouvriers : bruit important, chaleur, projections d’huiles…). L’association « Chausson, une dignité ouvrière » a été créée en 2000, lors de la fermeture de l’entreprise, pour préserver la mémoire ouvrière. L’association permet de continuer d’entretenir les liens entre les ouvriers et de répondre à un triple travail de mémoire :

Pour échanger autour de ce que les ouvriers ont construit ;

  • Pour fournir aux chercheurs les matériaux pour que les connaissances soient transmises (archives déposées en partie aux archives nationales du monde du travail à Roubaix, 39,40 mètres linéaires soit 1056 unités documentaires [Source] et en partie chez Renault). Les archives ont également une importance majeure pour la reconstruction des parcours professionnels.
  • Pour offrir une connaissance vivante de ce que furent les conditions de travail, car cette connaissance est utile au travailleur aujourd’hui malade pour faire valoir ses droits et sa légitimité à tenter d’y accéder, de même qu’à sa famille en cas de décès

Une première prise de conscience a eu lieu dès le milieu des années 70, puis vers les années 80, les préoccupations de santé sont devenues concrètes : un changement de processus pour remplacer un produit à base d’amiante par un produit moins performant a suscité l’interrogation d’un des salariés. Les dirigeants de l’entreprise ont répondu qu’il s’agissait d’une nouvelle réglementation sans donner d’autres explications. Or le même salarié a développé un cancer des poumons. C’est à ce moment-là que les ouvriers ont pris conscience qu’ils devaient observer ce qui se passait dans l’atelier, les conditions de travail, les produits utilisés …

Dans le même temps, les ouvriers se sont rendu compte que les juges, les experts, les scientifiques, même les mieux intentionnés, sont ignorants des techniques de travail et de la faiblesse des consignes de prévention. L’association maintient aujourd’hui la mémoire des modes opératoires, les consignes, données ou pas … autant d’éléments essentiels pour monter les dossiers administratifs. Ainsi, aujourd’hui, en fonction des demandes, l’association identifie et contacte des collègues pour fournir des témoignages. Avec le Giscop93, notamment, l’association contribue à expliquer les différents métiers de l’automobile entre 1970 et 2000, avec témoignages et photographies, permettant la prise en compte des diverses pratiques professionnelles.