Natacha Fouquet

Apport de la surveillance épidémiologique des TMS pour la prévention – L’exemple du réseau des Pays de la Loire

Natacha Fouquet, épidémiologiste au département Santé travail (Invs), LEEST (faculté de médecine d’Angers)

Télécharger la présentation

Le programme de surveillance épidémiologique des TMS en lien avec le travail trouve son origine dans le projet général du département Santé travail (DST) de l’Invs [voir EST séance 1]. Le programme est créé en 2002 en partenariat avec le Laboratoire d’Ergonomie et d’Epidémiologie en Santé au Travail (LEEST, Pr Yves Roquelaure) à Angers, avec la création du réseau pilote de surveillance des TMS dans les Pays de la Loire. En 2007, l’Unité Associée LEEST/InVS-DST est mise en place, la convention est renouvelée pour la période 2014 – 2017. Le réseau s’élargit dans les Bouches-du-Rhône et en Île-de-France.

Surveillance et recherche sont en interaction constante. La surveillance permet également d’améliorer la prévention. La région Pays de la Loire a été choisie car relativement représentative de la population française et du fait de la présence d’experts au sein du LEEST. La surveillance de la population s’opère via quatre médias : des salariés inclus aléatoirement, les médecins du travail, un auto-questionnaire et un examen clinique (protocole Saltsa).

Les objectifs sont définis via les plans santé-travail régionaux et s’articulent autour de deux thématiques :

  • Thématique 1 (en jaune) « Épidémiologie et modélisation des déterminants des TMS » ;
  • Thématique 2 (en vert) « Prévention de l’incapacité liée aux TMS et intervention de maintien dans l’emploi ».

PaysLoire

Le réseau de surveillance épidémiologique au travail fournit des outils de surveillance épidémiologique de l’état de santé, d’information pour le pilotage de la politique de santé au travail, d’aide à la planification des actions de prévention et des orientations des actions.

La surveillance épidémiologique permet de montrer :

  • la forte prévalence des TMS quel que soit l’indicateur retenu, et l’inégalité sociale de santé ;
  • la forte exposition aux facteurs de risque de TMS des salariés ainsi que le cumul d’expositions, y compris pour les « seniors », et la surexposition des catégories ouvrières, employés peu qualifiés et précaires ;
  • l’impact élevé des TMS sur les parcours professionnels, les impacts sur la qualité de vie au travail restent à quantifier – dans le futur, les outils pour la surveillance des nouveaux risques (liés à l’évolution du monde du travail) doivent évoluer ;
  • l’importance de l’approche multi-sources de la surveillance épidémiologique (médecins du travail, salariés et cliniciens).

En termes de politique de prévention, la surveillance épidémiologique permet d’identifier les leviers collectifs de prévention. Elle permet de coordonner les efforts de prévention par un pilotage régional de la santé au travail et de suivre la mise en œuvre des programmes d’amélioration des conditions de travail. Ainsi le réseau de surveillance épidémiologique est une aide à la planification des interventions à l’échelle populationnelle, ainsi qu’une aide à l’évaluation de ces interventions.